Are you visiting us from the USA? To get the most relevant information, you may want to visit our
www.proactis.com/us/ site or choose another country from the global selector above

L'Usine Nouvelle | La marketplace privée ou le nouveau moyen de réaliser des économies MRO dans l'industrie de process

Afin de répondre aux besoins en pièces industrielles et services associés de l’industrie de process, la place de marché privée joue un rôle clé auprès des fonctions achats et de la maintenance. Entre choix exhaustif du matériel industriel et gain de temps en termes de recherche, elle représente un outil technologique de pointe pour les acteurs de l’industrie. Par Olivier Jung, Directeur de Proactis France.

L’industrie de process, qui représente aujourd’hui 55 % du secteur industriel, regroupe différents types d'industries : énergie, chimie, pharmaceutique, agroalimentaire... Du fait de son activité qui vise à transformer les matières premières, elle nécessite des équipements lourds. L’outil industriel est imposant et la maintenance y est une fonction stratégique qui doit avoir accès à des dizaines, voire des centaines de milliers de pièces détachées et de services associés. Afin de mieux contrôler les dépenses, les fonctions achats et la maintenance doivent disposer des outils technologiques adéquats permettant de réaliser des économies.

Dans ce secteur, la maintenance représente un budget particulièrement conséquent et le coût du stock est de plus en plus analysé. Un constat dû notamment aux importants volumes de pièces détachées et de services associés mais aussi au fait que les usines sont elles-mêmes en charge de leurs propres stocks et achats, et/ou sur des sites distants. Pour une maîtrise optimale des dépenses, il est nécessaire d’apporter aux utilisateurs finaux, c’est-à-dire aux collaborateurs en charge de la maintenance des équipements, une visibilité en temps réel sur les matériels et les services à disposition.

Offrir à ces utilisateurs un accès direct à ce type d’informations, et ce au sein de chaque usine, apporte un réel gain d’efficacité et de productivité. En effet, cela permet d’éviter les achats non nécessaires, de faire appel aux fournisseurs externes référencés par l’entreprise et avec lesquels elle a négocié des contrats, et ainsi de garder le contrôle.

La technologie au service des besoins métier
L’objectif de la maintenance est d’avoir immédiatement accès aux sources d’approvisionnement, et celui des achats de mettre en avant ses prix négociés pour éviter les achats dissidents et pouvoir profiter d’un levier volume auprès des fournisseurs. Or, côté technologie, les outils GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur) sont souvent hétérogènes, qu’il s’agisse de solutions dédiées ou d’instances de modules des ERP.
Aujourd’hui, deux pistes d’amélioration sont à explorer. D’un côté, se débarrasser de la quincaillerie et des consommables en mettant en place des stocks en consignation appartenant aux fournisseurs et mis à disposition des agents de maintenance en libre-service.

Les inventaires périodiques sont partagés avec les fournisseurs sous forme électronique et ce sont les fournisseurs qui gèrent les réapprovisionnements.

De l’autre, se doter d’une place de marché privée où l’agent de maintenance se verra proposer toutes les solutions d’approvisionnement pour y remplir son panier. Fonctionnant comme un moteur de recherche, elle va guider l’utilisateur vers le bon produit ou le bon service et à la meilleure source d’approvisionnement. Accessible depuis les outils déjà existants de l’entreprise, la marketplace privée leur permettra de compléter des paniers d’achats qui, de retour dans la GMAO ou l’ERP, deviendront ensuite des demandes d’achat suivant un circuit d’approbation, puis des commandes dématérialisées conformes aux procédures d’approvisionnement de l’entreprise.

Une collaboration facilitée entre les achats et la maintenance
Les fournisseurs alimentent la place de marché privée en catalogues contractuels ou affichent les prix négociés sur leur site dédié à l’entreprise, les acheteurs n’ont alors plus qu’a en approuver la publication. De leur côté, les utilisateurs ont donc accès aux catalogues internes des surstocks MRO (maintenance, repair & operations) par usine, aux pièces réparables en stock sur le site de l’agent ainsi qu’aux services externes de réparations et pièces stockées par le fournisseur principal en magasin avancé à ces prix négociés.

La marketplace doit également pouvoir proposer la pièce disponible dans les catalogues ou sur des sites fournisseurs référencés aux prix négociés par les achats et offrir la possibilité de faire une demande de devis auprès de fournisseurs approuvés. Toutes ces solutions sont triées par prix de revient, dans une interface unique avec une expérience utilisateur simple ne nécessitant aucun apprentissage, et permettant de trier, filtrer et comparer en temps réel les sources, y compris celles trouvées en arrière-plan sur les sites des fournisseurs. La marketplace n’est en effet pas cantonnée à la base de données propre à l’entreprise mais capable d’aller chercher l’information directement sur des sites fournisseurs et de la rapatrier dans la page de résultats.

Ainsi, elle offre aux personnels de maintenance la possibilité d’accéder un à super-distributeur interne depuis leur solution habituelle, sans perdre de temps à chercher dans des systèmes hétérogènes. Pour les directions de la maintenance et des achats, cela permet de s’assurer que toute pièce, outil ou service est approvisionnée au meilleur prix et réaliser des économies conséquentes.

La place de marché privée fait le lien entre la maintenance et les achats tout en garantissant la conformité de la politique achat de l’entreprise. Cela permet à l’entreprise de s’assurer du respect de ses politiques achats d’un point de vue légal et réglementaire mais aussi en matière de RSE.

Article dans L'Usine Nouvelle.